pub skyscapper
Le break décisif au quatrième set

Le break décisif au quatrième set

Auteur: Jean-Philippe Arm

Sans être fétichiste des chiffres, on ne va tout de même pas laisser passer ce dixième numéro de Watch Around sans marquer le coup et saisir l’occasion impudique de parler un peu de nous, sans fard. D’autant que les nouvelles sont bonnes.

Conçu en automne 2006, ce magazine a vu le jour au printemps 2007. Les ambitions éditoriales étaient élevées, fondées sur une longue expérience du domaine complexe et parfois ambigu de la presse horlogère et avec la conviction qu’il y avait encore quelque chose à faire pour des lecteurs exigeants, épris de connaissances, aimant l’histoire, les sciences et la technique ou les fascinantes composantes culturelles de l’écoulement du temps.

Nous avions le réseau de compétences, nous connaissions les attentes. Les messages venus des quatre coins du monde nous ont confortés dans nos choix et dans notre volonté de ne pas infléchir la ligne rédactionnelle, même quand les âmes les mieux intentionnées nous suggéraient, pour conjurer la crise, des pistes aurifères ou des autoroutes commerciales. Car évidemment la satisfaction des lecteurs, qui s’abonnent et commandent les anciens numéros, ne suffit pas à transformer un business plan en réussite comptable.

Nous étions censés réussir le break au troisième set. Dans la presse, avec trois éditions, trois langues et une diffusion internationale, trois ans pour être gagnant, c’était court, mais jouable. Avec 2009 comme 3e année, celle de l’émancipation attendue, ce fut mission impossible. L’essentiel fut de tenir bon, en réduisant la voilure dès janvier de cette année maudite. En communion naturelle avec nos amis horlogers, nos partenaires et nos abonnés, nous avons passé l’orage dévastateur sans casse. Et c’est ainsi qu’en cet automne 2010 nous avons atteint le fameux break even opérationnel et pouvons envisager sereinement la suite. Avec toutes les questions qui se posent aux media, à la presse écrite en particulier.

Nous aimons le papier et croyons à son avenir. Mais la complémentarité de l’imprimé avec le net est pour nous une évidence de longue date. Certes, notre site est resté la vitrine de présentation initiale. Chaque chose en son temps. Nous pouvons passer maintenant à la deuxième étape. Etant par vocation et par métier fournisseurs de contenu, celui qui fait la différence, pas de souci de ce côté-là. Nous n’allons rien inventer, mais continuer à offrir une vraie matière journalistique, exclusive et de qualité, toujours avec le recul et la distance qui convient, sans nous essouffler à courir après l’éphémère. D’autres s’en chargent. Nous resterons dans notre rôle. Mais pour qui et à quel prix? Les réflexions et les solutions retenues sont à suivre sur notre site revisité.