pub skyscapper
Planétaire au poignet

Planétaire au poignet

Auteur: Timm Delfs

L’exposition thématique du SIHH, cette année, était intitulée «L’horlogerie, fille de l’astronomie». Le fait est que, peu après l’invention des premiers mouvements d’horlogerie au XIIIe siècle, l’homme se mit à utiliser les savoirs acquis à l’aide de pignons et d’engrenages pour imiter les mouvements des planètes. L’Astrarium créé par l’Italien Giovanni Dondi au XIVe siècle est un appareil de ce genre, qui tente d’imiter sur sept cadrans les mouvements des «planètes» d’un point de vue géocentrique.

Avec sa pièce de luxe «Midnight Planétarium», la marque Van Cleef & Arpels semble avoir reconnu les signes du temps. La montre-bracelet présentée cette année au SIHH affiche sur sa face supérieure, en lieu et place d’un cadran avec aiguilles et chiffres, une réplique miniaturisée du système solaire. Mais on ne reconnaîtrait pas le joaillier parisien si ce bijou scientifique n’était pas imprégné d’un souffle de poésie. Le Soleil et six planètes dont la Terre sont modelés en pierres semi-précieuses et sertis sur des trajectoires bleu nuit faites d’aventurine scintillante et se meuvent à leur juste vitesse autour du Soleil. On lit l’heure tout à l’extérieur sur une étoile filante qui se déplace dans le sens horaire sur une échelle de 24 heures. Pour cette montre, on a renoncé à l’aiguille des minutes, qui eût été mesquine face aux dimensions cosmiques des autres affichages: il faudra 29 ans à Saturne pour faire le tour du cadran…

Une petite étoile, gravée sur la face intérieure du verre saphir, confère la touche poétique. On peut la faire pivoter avec le verre au moyen d’une lunette moletée. Une flèche rouge sur le bord du verre peut être ajustée sur une date déterminée à l’aide d’un anneau calendaire, par exemple pour se rappeler un événement important. Quand la minuscule boule de la Terre sur son ellipse autour du Soleil atteint l’étoile et se trouve pile au-dessous d’elle, la date à retenir est mise en évidence. L’étoile peut aussi être positionnée au-dessus de la Terre pour indiquer la date du jour sur le bord, mais cette fonction devient inutile grâce au calendrier figurant au verso. Ceux qui oublieraient les noms des planètes les trouveront au dos de la montre, sous forme de demi-boules façonnées dans les mêmes pierres et munies de leurs descriptions.

Van Cleef & Arpels a trouvé le savoir-faire nécessaire pour une montre aussi spéciale et complexe chez un horloger hollandais, Christiaan van der Klaauw, membre de l’AHCI (Académie horlogère des créateurs indépendants), qui s’est spécialisé dans les montres astronomiques et présente des modèles planétaires dans ses collections.

La Midnight Planétarium n’est pas produite en série limitée mais son prix coquet de 243000 francs et l’énorme effort de fabrication font qu’elle restera une pièce rare.