pub skyscapper
Les chiffres en sont jetés

Les chiffres en sont jetés

Auteur: Jean-Philippe Arm

«Je ne suis pas un horloger!» rappelle volontiers Jerôme de Witt. Cela ne l’a pas empêché ces douze dernières années de contribuer au développement technique de la montre-bracelet, par quelques banderilles créatrices fort stimulantes pour l’ensemble de la branche. Ce n’est pas tellement l’œil vissé au «micros» mais plutôt à jouer des mécaniques à une autre échelle, inspiré avant tout par les tracteurs de la ferme familiale, par les machines, dernièrement les leviers des pompes à pétrole…

Le regard neuf, extérieur, posé par cet amoureux de la mécanique, s’est ainsi traduit dès 2003 par l’ouverture de ses cadrans, puis l’application concrète et novatrice du principe de la force constante en 2005 et un chapelet d’idées incarnées dans des produits originaux.

Charme et substance
Un temps perturbé par les aléas de la gestion périlleuse d’une entreprise visant la verticalisation, le voici rasséréné depuis que sa femme Viviane, qui en a les compétences, a repris les choses en mains de ce côté-là, renvoyant le bonhomme à son laboratoire d’idées. Qu’allait-il en sortir? Une collection pour Baselworld 2015 qui a de l’allure et de la substance. Et puis un OVNI ou un avion furtif si l’on préfère, avec le charme en plus.

La Mathematical est une montre concept, la quatrième de la marque. Principe de base: faire quelque chose qui n’a jamais été fait. Cette ambition figure souvent dans les brief donnés aux gens de la R&D. Comme tout a déjà été fait, on passe au 2e point: indiquer l’heure sans aiguille. Minute! En l’occurrence, et à la surprise des protagonistes eux-mêmes, le premier principe a été respecté avec l’association d’une heure sautante et d’une minute sautante. On imagine les disques permettant d’afficher tous les nombres, un système forcément énergivore, car changer une grande date une fois par jour est une chose, toutes les minutes en est une autre. Il a fallu tracer une autre piste.

Mystérieux
Par-dessus tout, et mieux encore, il fallait du charme. Jerôme de Witt, qui a dû jouer au mikado dans son enfance, et pas seulement au meccano, a jeté les chiffres comme des aiguilles sur un cadran noir et profond. Pas de pagaille pour autant, apparaissent dans un jeu d’ombres et de lumière seulement ceux qui doivent être vus, au bon moment, à 12 h 58 par exemple. Tout cela est forcément mystérieux, le charme opère, l’attention est scotchée en attendant le saut de la minute, et de la suivante. Comment cela fonctionne-t-il? A la base, un mouvement automatique maison, beaucoup d’inventivité, 400 composants et des matériaux classiques parmi lesquels, on l’a deviné, le saphir aux teintes subtiles joue un rôle crucial. Pour le reste: mystère et boule de cristal.