pub skyscapper
40 ans et quelques vies

40 ans et quelques vies

Auteur: Jean-Philippe Arm

On aime les chiffres dans ce numéro, les 20 en particulier, et leurs multiples. Alors on n’allait pas rater ça: les 40 ans de Maurice Lacroix. Fondée en 1975 par une grande maison de négoce de Zurich, Desco von Schulthess, historiquement très active dans les échanges avec l’Asie, la marque installée à Saignelégier a déjà quelques vies derrière elle et ne va pas en rester là.

Elle fut naturellement exportée en Extrême-Orient, mais créa la surprise non loin de ses bases, en devenant au début des années 1990 la marque suisse no 2 sur le marché allemand dans un segment très accessible.

Puis elle monta en gamme jusqu’au tournant du millénaire, en proposant parallèlement des petites complications dans une collection Masterpiece qui suscita de l’intérêt et de l’estime. On se souvient encore de ses affichages rétrogrades. Elle développa ensuite ses propres calibres, avec la collaboration d’horlogers indépendants de talent, en particulier Andreas Strehler avec lequel elle enrichit sa collection d’un chronographe extrêmement intéressant. Et elle se mit à produire ses calibres maison pour entrer dans le cercle alors fermé des vraies manufactures.

Cette ascension culmina dans les années 2000 avec un spectaculaire et complexe concept Mémoire 1 dont la présentation à Shanghai eut du retentissement dans la communauté des passionnés de haute technologie horlogère. Il arriva malheureusement au plus mauvais moment: la crise de 2009 bloqua ses ultimes développements et sa sortie.

Gardant la tête froide et les pieds sur terre, la marque de Saignelégier a retrouvé un nouveau souffle dans une production réaliste et poétique, assortie à sa forte personnalité. On retiendra évidement les roues carrées et quelques modèles d’une stimulante originalité, en soulignant que cette marque a aligné les Red Dot Awards récompensant un design recherché.

Même si son propriétaire DKSH a officiellement annoncé que sa pupille horlogère était à vendre, dans une démarche de transparence inhabituelle, Maurice Lacroix a fêté son 40e anniversaire sereinement en pariant sur l’avenir. Avec Antiquorum, elle a inauguré cet automne une nouvelle formule de vente aux enchères sur le net d’une collection de 40 pièces particulières qui avaient échappé à la commercialisation. L’exercice étalé sur quelques semaines et visant un nouveau public a souri aux deux partenaires, qui n’attendront pas 20 ans avant de le répéter.